lundi 18 septembre 2017

Reçu de Ecole Publique de Pléguien, Mayron Le Goff

Crépuscule 
l'arbre mort des marais
 se couvre d'étourneaux

Gérard Dumon

Merci Mayron pour ce bel haïku et pour ton illustration ...



Un grand merci également à  Lydia Gromy, le professeur de cette classe de CE2 CM1.



   Si vous voulez visiter le blog de l'école, c'est Ici

vendredi 15 septembre 2017

jeudi 14 septembre 2017

Pour Anja Mattila Tolvanen


Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom
...
Liberté.

Paul Eluard

mercredi 13 septembre 2017

Pour Ecole Publique de Pléguien, Divi Arzur




Si tu vas dans les bois,
Prends garde au léopard.
Il miaule à mi-voix
Et vient de nulle part.

Au soir, quand il ronronne,
Un gai rossignol chante,
Et la forêt béante
Les écoute et s'étonne,

S'étonne qu'en ses bois
Vienne le léopard
Qui ronronne à mi-voix
Et vient de nulle part.

                        Robert Desnos

mercredi 6 septembre 2017

Pour Dani


Un jour tu es entré dans le bleu
comme on pénètre dans la vraie vie
tu es entré dans le bleu
tu as fait le pari de l’immensité
et ce fut comme un sésame
un passage sur l’autre versant du miroir
ce ciel qui emplissait tout
la respiration des galaxies
la cadence des univers
le souffle magnétique de la Grande Ourse
un jour tu es entré dans le bleu
pour n’en plus jamais revenir
ce bleu ardent électrique
invulnérable
tu t’es plongé dans un bain d’indigo
au centre de l’horizon
pour voir tout en bleu
ligne de ciel
ligne de coeur
pour te faire la belle
la belle bleue
avec tes pinceaux vivants
l’intensité l’intensité l’intensité
pour devenir bleu d’émotion
découvrir ce lâcher de ballons bleus
au fond du cœur
ce saut dans la poésie
où la création recommence
à chaque instant
où l’éternité a la grâce des funambules
une énergie capable de forcer la pesanteur
une vie vouée au judo du bleu
une fête de l’infini
pour les marcheurs d’aurores

Zeno Bianu  Bleu Klein

mardi 5 septembre 2017

Reçu de Ecole Publique de Pléguien, Jiany Miceli


Le vieux séquoia
la tête dans les étoiles
rêve de partir
Merci Jiany pour ta belle participation 


Un grand merci également à  Anne-Claire Windels, le professeur de cette classe de CE2 CM1


Si vous voulez visiter le blog de l'école, c'est Ici

lundi 4 septembre 2017

Pour Colette Geffroy


Afrique, mon Afrique
Afrique des fiers guerriers dans les savanes ancestrales
Afrique que chante ma grand mère
Au bord de son fleuve lointain
Je ne t'ai jamais connue
Mais mon regard est plein de ton sang
Ton beau sang noir à travers
les champs répandu
Le sang de ta sueur
La sueur de ton travail
Le travail de l'esclavage
L'esclavage de tes enfants
Afrique, dis moi Afrique, moi Afrique,
Est ce donc toi, ce dos qui se courbe
Et se couche sous le poids de l'humilité
Ce dos tremblant à zébrures rouges
Qui dit oui au fouet sur les routes de midi
Alors gravement, une voix me répondit
Fils impétueux , cet arbre robuste et jeune
Cet arbre là bas
Splendidement seul au milieu des fleurs blanches et fanées
C'est l'Afrique, ton Afrique qui repousse,
Qui repousse patiemment, obstinément
Et dont les fruits ont peu à peu
L'amère saveur de la liberté.
David DIOP,

samedi 2 septembre 2017

Reçu de Ecole Publique de Pléguien, Mathéo Le Roux

Mathéo Le Roux

Sur une branche morte
Repose un corbeau :
Soir d'automne !

Basho Matsuo

Merci Mathéo pour cette belle illustration de ce bel haïku d'automne...



Un grand merci également à  Lydia Gromy, le professeur de cette classe de CE2 CM1.


   Si vous voulez visiter le blog de l'école, c'est Ici

vendredi 1 septembre 2017

Pour Bernard-Marie Lauté




« Il y a une naissance simultanée de nos yeux et du monde, un sentiment de « première fois » où ce qui regarde et ce qui est regardé se donnent le jour. »
 
Christian Bobin, La présence pure

jeudi 31 août 2017

Reçu de Marcelle Simon



Je suis allé au marché aux oiseaux
Et j’ai acheté des oiseaux
Pour toi
mon amour

Je suis allé au marché aux fleurs
Et j’ai acheté des fleurs
Pour toi
mon amour

Je suis allé au marché à la ferraille
Et j’ai acheté des chaînes
De lourdes chaînes
Pour toi
mon amour

Et je suis allé au marché aux esclaves
Et je t’ai cherchée
Mais je ne t’ai pas trouvée
mon amour

Jacques Prévert




Superbe, merci Miss Yves





Marcelle à plusieurs blogs, en allant sur 




 vous aurez accès à tout .... 

Aller voir aussi son site riche de plusieurs années de prises de vues:  Photograff

mercredi 30 août 2017

Reçu de Ecole Publique de Pléguien, Lily Le Goux

Lily Le Goux


Ah ! Le vieil étang


Une grenouille y plonge –


Le bruit de l’eau.

Matsuo Bashô


Merci Lily pour ce  grand classique du haïku et pour ta mise en page ...







Un grand merci également à  Arnaud Talmon, le professeur de cette classe de CM2

Si vous voulez visiter le blog de l'école, c'est Ici 

dimanche 11 juin 2017

Summertime



Blog en sommeil pour douze semaines



Reprise 30/08/2017



Bonnes vacances à tous, je vous souhaite un bel été

 
Blog comes to rest for twelve weeks



Will be back on 30/08/2017
I wish you all a good vacation and especially a fine summer in your ridings

vendredi 9 juin 2017

Reçu de Marie-Rose Rigault


cinq heures du soir
Depuis huit jours, j'avais déchiré mes bottines
Aux cailloux des chemins.
J'entrais à Charleroi.
Au Cabaret-Vert : je demandai des tartines
De beurre et du jambon qui fût à moitié froid.

Bienheureux, j'allongeai les jambes sous la table
Verte : je contemplai les sujets très naïfs
De la tapisserie.
Et ce fut adorable,
Quand la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs,

Celle-là, ce n'est pas un baiser qui l'épeure !
Rieuse, m'apporta des tartines de beurre,
Du jambon tiède, dans un plat colorié,

Du jambon rose et blanc parfumé d'une gousse
D'ail,
et m'emplit la chope immense, avec sa mousse
Que dorait un rayon de soleil arriéré.

Arthur Rimbaud   Au cabaret vert

Merci Marie-Rose, c'est superbe ...

Reçu Ecole Publique de Pléguien, Elisa Orhan



Toile de rosée
l'araignée a tissé 
la lumière du matin

Françoise Naudin

Merci Élisa, superbe ce haïku, qui joue avec les fils de soie de l'araignée ...




Un grand merci également à  Anne-Claire Windels, le professeur de cette classe de CE2 CM1


Si vous voulez visiter le blog de l'école, c'est Ici

mercredi 7 juin 2017

Reçu Ecole Publique de Pléguien, Macéo Peltier


Le vieux séquoïa
La tête dans les étoiles
Rêve de partir
Raymond Guillao
Merci Macéo, pour ce bel haïku et ces ééééééééénormes sequoïa ...


Un grand merci également à  Lydia Gromy, le professeur de cette classe de CE2 CM1.


   Si vous voulez visiter le blog de l'école, c'est Ici

mardi 6 juin 2017

Reçu de Nadine Deppierraz




"...
Voilà qu’à l’horizon s’élève une clameur ;
Elle approche, elle vient, c’est la tribu des oies.
Ainsi qu’un trait lancé, toutes, le cou tendu,
Allant toujours plus vite, en leur vol éperdu,
Passent, fouettant le vent de leur aile sifflante.
..."
Guy de Maupassant 

 Merci Nadine

vendredi 2 juin 2017

Pour Ecole Publique de Pléguien, Coleen Lasson


L’hippopotame au large ventre
Habite aux Jungles de Java,
Où grondent, au fond de chaque antre,
Plus de monstres qu’on n’en rêva.
 Le boa se déroule et siffle,
Le tigre fait son hurlement,
Le buffle en colère renifle ;
Lui, dort ou pait tranquillement.
Il ne craint ni kriss ni sagaies,
Il regarde l’homme sans fuir,
Et rit des balles des cipayes
Qui rebondissent sur son cuir.
Je suis comme l’hippopotame :
De ma conviction couvert,
Forte armure que rien n’entame,
Je vais sans peur par le désert.

Théophile Gautier  L’hippopotame

jeudi 1 juin 2017

Pour Yvette de Andres

"...
Mais les jeux parfaits
sont les plus connus :
Jouons au poulet.

Je suis le renard
je cours après toi
plus loin que ma vie.

Comme tu vas vite !
Si je m'essoufflais !
Si je m'arrêtais ! "

Jean Tardieu

mardi 30 mai 2017

Pour Stephane Le Pessot



" ...
Un instant plus tard, elle y pénétrait à son tour, sans se demander une seule fois comment diable elle pourrait bien en sortir.
Le terrier était d’abord creusé horizontalement comme un tunnel, puis il présentait une pente si brusque et si raide qu’Alice n’eut même pas le temps de songer à s’arrêter avant de se sentir tomber dans un puits apparemment très profond.
Soit que le puits fût très profond, soit que Alice tombât très lentement, elle s’aperçut qu’elle avait le temps, tout en descendant, de regarder autour d’elle et de se demander ce qui allait se passer. D’abord, elle essaya de regarder en bas pour voir où elle allait arriver, mais il faisait trop noir pour qu’elle pût rien distinguer. Ensuite, elle examina les parois du puits, et remarqua qu’elles étaient garnies de placards et d’étagères ; par endroits, des cartes de géographie et des tableaux se trouvaient accrochés à des pitons. En passant, elle prit un pot sur une étagère ; il portait une étiquette sur laquelle on lisait : MARMELADE D’ORANGES, mais, à la grande déception d’Alice, il était vide. Elle ne voulut pas le laisser tomber de peur de tuer quelqu’un et elle s’arrangea pour le poser dans un placard devant lequel elle passait, tout en tombant.
..."
Alice au pays des merveilles    Lewis Carroll

lundi 29 mai 2017

Pour Ecole Publique de Pléguien, Chloé Duguet


Si tu vas dans les bois,
Prends garde au léopard.
Il miaule à mi-voix
Et vient de nulle part.
 Au soir, quand il ronronne,
Un gai rossignol chante
Et la forêt béante
Les écoute et s’étonne,

 S’étonne qu’en ses bois
Vienne le léopard
Qui ronronne à mi-voix
Et vient de nulle part.

Robert Desnos  Le léopard

vendredi 26 mai 2017

Pour Elena Signori



Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la doulceur angevine.

Joachim Du Bellay

jeudi 25 mai 2017

Reçu de Ecole Publique de Pléguien, Romain Levêque


Ah ! Le vieil étang

Une grenouille y plonge –

Le bruit de l’eau.

Matsuo Bashô


Merci Romain pour ce  grand classique du haïku et pour ta mise en page ...





Un grand merci également à  Arnaud Talmon, le professeur de cette classe de CM2

Si vous voulez visiter le blog de l'école, c'est Ici 

mercredi 24 mai 2017

Reçu de Yvette de Andres


Rends-le-moi, rends-le-moi, ce gracieux sourire
Que j’ai cru sur ta lèvre entrevoir en passant !
Qu’il soit né d’un caprice, ou que l’amour l’inspire,
N’importe ! — rends-le-moi, ce gracieux sourire,
Je veux me croire aimé, ne fût-ce qu’un instant.

Je sais que ton regard ne brille que pour plaire ;
Que sa flamme est pareille à la froide lumière
Qu’en nos climats glacés nous verse le soleil ;
Que c’est au prix des pleurs que tu vends ton sourire,
Et que tu fais payer une heure de délire
Par des jours d’amertume, et des nuits sans sommeil.

Mais j’ai besoin d’aimer, de croire à l’espérance ;
J’ai besoin que sa fleur sur ma triste existence
Jette un léger parfum qui réveille mon cœur ;
Détrompé mille fois, ce cœur veut l’être encore :
Je te crains, mais te suis ; te maudis, mais t’adore,
Et j’ai soif d’être ému, même au prix du malheur.

Rends-moi donc, rends-le-moi, ce gracieux sourire,
Que j’ai cru sur ta lèvre entrevoir en passant ;
Qu’il soit né d’un caprice, ou que l’amour l’inspire,
N’importe ! — rends-le-moi, ce gracieux sourire ;
Que je me croie aimé, ne fût-ce qu’un instant !


Jean Polonius

Merci Yvette pour ce joli sourire ....

mardi 23 mai 2017

Reçu de Ecole Publique de Pléguien, Jadys Le Moing


Surpris par l'orage
rien ne sert plus de courir
nul ne sera sec

Princerakeem  Le lièvre comme la tortue

Merci Jadys pour ce haïku qui joue avec Mr de La Fontaine ....


Un grand merci également à  Anne-Claire Windels, le professeur de cette classe de CE2 CM1


Si vous voulez visiter le blog de l'école, c'est Ici

lundi 22 mai 2017

Reçu de Marcelle Simon

 

Je souhaite dans ma maison :
Une femme ayant sa raison,
Un chat passant parmi les livres,
Des amis en toute saison
Sans lesquels je ne peux pas vivre.


Guillaume Apollinaire

Merci Marcelle pour ce très beau matou !
Marcelle à plusieurs blogs, en allant sur 


 vous aurez accès à tout ....

vendredi 19 mai 2017

Pour Ecole Publique de Pléguien, Bastien Pierre


Un chant dans une nuit sans air…
– La lune plaque en métal clair
Les découpures du vert sombre.

… Un chant ; comme un écho, tout vif
Enterré, là, sous le massif…
– Ça se tait : Viens, c’est là, dans l’ombre…

– Un crapaud ! – Pourquoi cette peur,
Près de moi, ton soldat fidèle !
Vois-le, poète tondu, sans aile,
Rossignol de la boue… – Horreur ! –

… Il chante. – Horreur !! – Horreur pourquoi ?
Vois-tu pas son œil de lumière…
Non : il s’en va, froid, sous sa pierre.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bonsoir – ce crapaud-là c’est moi.

Tristan Corbière  Les amours jaunes

jeudi 18 mai 2017

Pour France Picy


La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l'allons montrer tout à l'heure.
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pure.
Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.

Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
- Sire, répond l'Agneau, que votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu'elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d'Elle,
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
- Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
- Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
Reprit l'Agneau, je tette encor ma mère.
- Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
- Je n'en ai point. - C'est donc quelqu'un des tiens :
Car vous ne m'épargnez guère,
Vous, vos bergers, et vos chiens.
On me l'a dit : il faut que je me venge.
Là-dessus, au fond des forêts
Le Loup l'emporte, et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

Jean de La Fontaine   Le loup et l'agneau

mardi 16 mai 2017

Pour Marcos Souto



" L’art  divinatoire  joue  la  cartomancie,

Change d’espace temps, nage de porcs en ports,

Va depuis Marseille jusqu’en Alexandrie,

Se mettre  au  service  des  devins  faux  ou forts.



La  lune  gourmande  sourit  à  l’aubaine,

De  dame  voyante  plumant les volailles,

Venues pour pleurer  l’amour et la haine,

D’un partenaire enfui  semant la pagaille.
..."
Claudine Quertinmont D'Anderlues    Moderne Aruspice

vendredi 12 mai 2017

Reçu de John M. Bennett

 

 Cliquer sur l'image pour agrandir



 Cliquer sur l'image pour agrandir







  Cliquer sur l'image pour agrandir
 











  Cliquer sur l'image pour agrandir







Thank's John ...

Allez voir son site très riche (en anglais ) John M. Bennett

Vous pouvez aussi aller voir